Le JSL : Le marketing selon Lionel Potillon

Après avoir joué au plus niveau pendant 20 ans, l’ex-footballeur professionnel s’est reconverti avec bonheur dans le marketing.

Qu’il paraît déjà loin le temps où Lionel Potillon a foulé pour la première fois la pelouse des terrains de Cluny à l’âge de 5 ans. Pourtant, lorsque jeudi dernier, il est revenu sur ses terres pour honorer un challenge qui lui est dédié, il a trouvé que les lieux n’avaient pas trop changé. Homme de coeur, disponible, abordable, toujours à l’écoute des autres et très accessible, l’enfant du pays s’est livré à un entretien sans retenue. Entre deux poignées de mains à d’anciens amis et un autographe sur les chaussures d’un jeune supporter, l’ex-Stéphanois, qui est aussi passé par les rangs de Louhans-Cuiseaux 71, son club formateur, du Paris-Saint-Germain, de la Real Sociedad en Espagne et enfin Sochaux nous a consacré un peu de son temps.

À la question de savoir quel était son meilleur souvenir en tant que joueur professionnel, Lionel nous a répondu du tac au tac. “Partout où je suis passé, j’ai gardé d’excellents souvenirs aussi bien des joueurs que des entraîneurs successifs que j’ai côtoyés. En fait, j’ai eu cette grande chance d’évoluer dans les clubs que je voulais”. Pourtant, à demi-mot, il avouera qu’un entraîneur amarqué son esprit, Luis Fernandez pour ne pas le citer, et que Saint-Etienne reste un club à part.

“C’est un club mythique avec toute cette ferveur qui règne autour et son formidable public”. Retiré des terrains à l’âge de 33 ans et demi – “je ne voulais pas faire l’année de trop” – l’ancien défenseur latéral gauche a plutôt bien réussi sa reconversion professionnelle. Déjà titulaire du BE 2e degré en football et d’un BTS en action commerciale, ce qui lui a permis une VAE (validation des acquis et d’expérience), Lionel Potillon, s’est alors remis à potasser les bouquins au moment de rejoindre les bancs de la faculté de Rouen pour passer un Master II de marketing et management du sport professionnel. Deux ans plus tard et diplôme en poche, il est recruté par l’ASSE qui lui propose un poste dans le service marketing du club. Il s’occupe essentiellement de l’événementiel. Mais il prévient déjà : “je compte très vite me rapprocher du terrain”. Comme futur entraîneur ?

Article par Fernand Ribeiro, paru dans la rubrique “Que sont-ils devenus ?” du Journal de Saône-et-Loire du lundi 6 juin 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *